Version slovène en bas pour télécharger

Justification d’ethecon - Fondation Éthique & Économie - pour le prix du déshonneur, le International ethecon Black Planet Award à Andrew N. Liveris, (PDG), James M. Ringler (Membre du Directoire) et des grands actionnaires du groupe chimique DOW CHEMICAL (USA)

Depuis 2006 ethecon – Fondation pour l‚Éthique et l‘Économie – décerne chaque année deux prix internationaux – le International ethecon Blue Planet Award et le International ethecon Black Planet Award.
Le International ethecon Blue planet Award récompense des personnes qui se distinguent par un engagement éminent pour la protection et la défense de l‚éthique au croisement entre l‘éthique et l‚économie et qui luttent ainsi pour sauvegarder et sauver notre Planète Bleue.
Le International ethecon Black Planet Award dénonce la responsabilité choquante de personnes dans le processus de dégradation et de destruction de notre Planète Bleue, créant le risque d‘en faire une „planète noire“.
Le International ethecon Blue Planet Award et le International ethecon Black Planet Award constituent une unité, ce sont les deux côté de la même médaille. Tous deux reflètent l‚état de notre monde, rendent hommage à l‘engagement solidaire pour la protection de l‚environnement, et pour la paix, ils dénoncent l‘égoïsme, la cupidité et l‚exploitation, ils invitent à organiser la résistance, le changement et l‘engagement. Dans les deux cas, la Planète Bleue prend en compte toutes les dimensions du monde animé et non animé.
 
Suite à la procédure de recherche et de sélection pour les deux prix internationaux d’ethecon 2014, le curatorium et la présidence d’ethecon - Fondation Éthique & Économie déclarent:
La Fondation dénonce avec le Prix International ethecon Black Planet Award des personnes qui profitent entre autres de la guerre, de l‚exploitation, des violations des droits humains, de la destruction de la nature et de la misère sociale et sont donc directement ou indirectement des forces vives de ces processus désastreux. Ce sont eux qui représentent un danger pour notre Planète Bleue et le risque de la transformer en Planète Noire.
Les personnes dénoncées par le Prix International ethecon Black Planet Award sont les puissants de ce monde, qui, dans un système orienté de plus en plus vers le profit comme seul critère de décision et de développement, font face au reste de l‘humanité et lui dictent les conditions de vie de d‚existence. Ce sont des despotes pour qui n‘existe ni loi ni juridiction et qui agissent uniquement en vue de s‚enrichir personnellement.
Le Black Planet Award dénonce ceux qui piétinent la morale et l‘éthique, ceux qui n‚hésitent pas à risquer la destruction de la planète pour assouvir leur soif de pouvoir et de profit. Ils incarnent la brutalité et l‘égoïsme. Ce ceux eux qui méprisent et piétinent la plante de l‚éthique en germe.
Le Prix International ethecon Black Planet Award dénonce des personnes et des institutions qui sont les porte-parole de tous ceux qui menacent la planète bleue ou qui font tout ce qu‘ils peuvent pour la transformer en planète noire. Ce déshonneur a un rôle d‚avertissement et de mesure de dissuasion.
Le Black Planet Award est donc également un appel à la mobilisation pour la résistance contre le bellicisme, l‘exploitation et la destruction de l‚environnement. Il a pour but de sensibiliser l‘opinion publique et d‚attirer son attention sur le fonctionnement d‘un système et ses responsables, et renforcer la résistance contre la destruction de L‚environnement, la guerre et l‘injustice.
Chaque année en février, la fondation lance un appel international, à faire des propositions pour des lauréats aux deux prix. A la suite d‚un processus de sélection bien fondé, les lauréats et lauréates sont désignés au plus tard en Aout de la même année.
Le prix International ethecon Black Planet Award 2014 va à Andrew N. Liveris, (PDG, Président du Conseil d‘administration, actionnaire), James M. Ringler (Membre de la Présidence et de la commission de vérification des comptes) et les grands actionnaires du groupe chimique DOW CHEMICAL.
 
Le curatorium et la comité directeur d‚ethecon justifient ainsi leur décision:
Andrew Liveris, PDG; Président et Président du Conseil d‘Administration, James M. Ringler, Président, Membre du Directoire et Membre de la commission de vérification des comptes de même que les grands actionnaires du groupe chimique DOW CHEMICAL (USA) reçoivent le International ethecon Black Planet Award 2014 qui dénonce les innombrables abus et crimes commis au nom du profit. Citons par exemple:
DOW CHEMICAL a repris en 2001 le producteur de pesticides UNION CARBIDE. C‚est à eux que revient la responsabilité de la catastrophe industrielle la plus grave de l‘histoire, qui s‚est produite dans la ville de Bhopal, en Inde, comptant à l‘époque près d‚un million d‘habitants. James M. Ringler, qui était alors membre du Directoire de UNION CARBIDE est donc directement responsable de la catastrophe, car il siège à la Présidence de DOW CHEMICAL. En 1984, l‚usine de pesticides de UNION CARBIDE à Bhopal explosa, libérant un nuage toxique qui se répandit aussitôt sur les quartiers surpeuplés entourant le site. En l‘espace de quelques jours, 8.000 personnes moururent directement du poison, aujourd‚hui plus de 20.000 personnes sont décédées des suites de la catastrophe, et plus de 150.000 sont devenues malades chroniques. Aujourd‘hui encore, la troisième génération est contaminée et la population, comptant beaucoup de jeunes et d‚enfants, continue de mourir. Les produits toxiques n‘ont jamais été décontaminés. Le site est contaminé dans un rayon de plusieurs kilomètres et les nappes phréatiques polluées. Même les hôpitaux pour soigner les victimes ont dus être construits aux frais de la population et se financent, année par année, avec des dons. UNION CARBIDE non seulement n‚a pas agi en responsable face aux populations touchées par la catastrophe mais elles ne les a jamais indemnisées en conséquence et n‘a rien fait pour améliorer la situation sur place. Quant à DOW CHEMICAL, il a certes repris entièrement UNION CARBIDE mais il récuse tout responsabilité juridique, ne fait rien pour atténuer les souffrances consécutives à la catastrophe et refuse à la population de Bhopal aide et soutien.
De même, les dirigeants de DOW CHEMICAL ne se considèrent pas responsables de la population civile vietnamienne, qui souffre des suites des produits toxiques déversés sur le pays pendant la guerre. DOW CHEMICAL comptait parmi les producteurs du désherbant Agent Orange et d‚une substance à base d‘essence, le Napalm. Les bombes au Napalm et Agent Orange étaient déversées en arrosant les terres, sans tenir compte de la population civile. Jusqu‚à 1966 DOW CHEMICAL a livré 4.550 tonnes de Napalm. Entre 1961 et 1971 l‘armée américaine a répandu 90 millions de litres de ce désherbant sur le Vietnam et sur des parties du Laos et du Cambodge. La dioxine hautement toxique qu‚il contient a été la cause d‘environ 3 millions de cancers et de malformations congénitales dans la 3ème génération.
Les agissements de ce groupe chimique, guidés uniquement par la recherche du profit se perpétue aujourd‚hui. L‘amiante hautement toxique est interdite depuis longtemps. Cela n‚empêche pas DOW CHEMICAL de continuer à l‘utiliser dans la production de la plus grande usine de chlore de l’Europa à Stade. DOW CHEMICAL est la seule usine en Europe, qui fonctionne encore avec une dérogation particulière. Celle-ci devrait être caduque en 2017, DOW CHEMICAL exige cependant de prolonger cette exonération jusqu‚en 2025, acceptant en toute tranquillité d‘esprit les risques potentiels pour la santé et l‚environnement
Qu‘il s‚agisse de financement de partis pendant les élections, de fraude fiscale, de destruction de l‘environnement, de soutien de manipulations génétiques ou de contamination radioactive, de désinformation, de manipulation de prix ou de corruption, - DOW CHEMICAL est impliqué dans d‚innombrables crimes contre l‘humanité et l‚environnement. Dès la fondation de l‘entreprise en 1897, les techniques utilisées pour l‚extraction du brome, halogène hautement toxique tiré du saumure et utilisé pour la fabricacion de l’eau de Javel, ont toujours été des techniques à haut risque. La pollution radioactive qui eut lieu entre 1953 et 1975 près de Denver, la contamination par la dioxine du fleuve Tittibawasee à Michigan depuis les années 80, la négligence avec les essais sur les plantes et les germes génétiquement modifiés entre autres a Kaua’i (Hawai’i), avec l‘amiante à Stade (Allemagne), son rôle comme le plus grand eau-pollueur au Texas, voici quelques exemples des crimes les plus connus du groupe. Le groupe vient en tête dans la liste des 100 plus grands pollueurs de l‚air aux USA avec des conséquences chroniques pour la santé en 2004 (Etude sur l‘évaluation des risques chroniques de santé Toxic 100 Air Polluters). La coopération de DOW avec l‚armée US illustre bien le bellicisme du groupe. Parallèlement, DOW CHEMICAL mène en bateau l‘opinion publique en sponsorisant les Jeux Olympiques et les Paralympics de 2012 espérant redorer son blason social et écologique. Vu la liste sans fin des crimes que le groupe a sur la conscience, il ne peut s‚agir que de cynisme.
 
Le curatorium et le directoire d‘ethecon déclarent:
Andrew Liveris, PDG, Présidant du Directoire et du Conseil d‚Administration, James M. Ringler, Membre du Directoire et de la commission de vérification des comptes de même que les grands actionnaires sont responsables des décisions et des agissements du groupe DOW CHEMICAL (USA). C‘est à eux qu‚appartient le groupe. Ce sont eux qui le dirigent. Ce sont eux qui sont responsables de la dégradation de la santé et de la destruction de l‘environnement à grande échelle, y compris la mort. Ils constituent non seulement un danger pour la paix et les droits humains mais aussi pour la démocratie, l‚écologie et l‘humanité. Ils agissent en se laissant guider par l‚assouvissement de leur pouvoir personnel et de leur enrichissement personnel. Ils piétinent la morale et l‘éthique et ne reculent pas devant le naufrage de la planète bleue.
ethecon considère que les agissements de Andrew Liveris, James M. Ringleret des grands actionnaires du groupe chimique DOW CHEMICAL (USA) sont une contribution choquante à la ruine et la destruction de notre planète bleue. C‚est pour ce mépris fondamental et cette violation de l‘éthique humaine que ethecon – Fondation pour l‚Éthique & l‘Économie a décidé de décerner aux responsables de DOW CHEMICAL le Prix International ethecon Black Planet Award 2014.
 
La remise du Prix International ethecon Black Planet Award 2014 décerné à Andrew N. Liveris, James M. Ringler ainsi qu‚aux grands actionnaires du groupe chimique DOW CHEMICAL et du Prix International ethecon Blue Planet Award 2014 décerné à Tomo Križnar se fera au cours d‘une cérémonie officielle qui se déroulera à Berlin. La date sera communiquée ultérieurement.
 
Berlin, Journée internationale de la Paix, 21 septembre 2014

Version imprimable      zurück nach oben
Facebook Twitter YouTube Flickr
Faire un don en ligne!