ethecon / Idée et concept / Promouvoir le changement ou intervenir en urgence?

Promouvoir le changement ou intervenir en urgence?

Faire un don est un geste qui s´accompagne inévitablement de la question de savoir à quoi sont employés les dons collectés: à financer un changement en profondeur ou à soulager dans l´urgence? „change“ ou „charity“, changement ou charité?

Nous défendons l´idée que les fonds recueillis doivent être employés là où ils sont en mesure de promouvoir des changements fondamentaux allant vers la justice sociale et les grands principes éthiques. En effet, soutenir (financièrement) le „changement“ est en soi en acte de „charité“. Prenons un exemple: en abolissant les conditions-cadre qui sont la source de la pauvreté, on abolit la pauvreté au niveau de l´individu. Soutenir financièrement des projets de paix, des droits de l´homme, de justice sociale et de protection de l´environnement contribue donc nécessairement à améliorer les conditions de vie et de survie pour tous.

L´aggravation de la misère au niveau mondial prouve bien que l´aide apportée est peu efficace et que les dons s´évaporent souvent avant même d´avoir atteint leur but. Cette démarche se trouve dans une impasse: on aide les plus pauvres, mais on entérine les conditions-cadre politiques qui engendrent la pauvreté. C´est une manière de soulager la misère qui se limite à l´individu et qui n´a aucun impact sur l´amélioration des conditions de vie des populations.

Et pourtant, les dons visant à soulager la souffrance individuelle attirent bien plus de sympathie et se vendent beaucoup mieux que ceux visant à promouvoir le changement. N´oublions pas que souvent, cet intérêt est très éphémère et qu´il dérape vite vers une pure opération de marketing. Les organisations qui collectent les dons savent pertinemment que la pitié rend généreux. C´est pourquoi certaines campagnes de sensibilisation font de la surenchère avec les clichés de la misère. „Remercier“ pour des dons à grand renfort de publicité et mettre la misère en scène avec des images fortes, voilà ce qui fait recette.

De plus, vouloir s´attaquer aux racines du mal est un travail de longue haleine. Les projets-changement sont en général des projets à long terme, épuisants, arides, compliqués et souvent difficiles à faire passer. Souvent, même l´opinion publique les met au placard.

A cela s´ajoute que face à un projet-changement, les gens ont parfois peur de s´engager dans des projets „suspects“, „trop radicaux“. Cette peur est attisée par ceux qui font tout pour assurer la pérennité du fonctionnement de l´état, des médias et de l´administration. Ce sont eux qui ont donné au terme „radical“ une connotation négative. Car, que signifie radical? Cela signifie tout simplement „qui concerne les racines, fondamental“, il s´agit donc là d´un terme tout à fait positif. Ce sont des projets qui s´attaquent véritablement à la racine du mal, et qui changent le monde en profondeur pour le bien de tous. Ce sont ces mêmes projets qui jettent les bases pour développer des alternatives aux conditions économiques engendrant la misère. Ethecon n´est donc pas un projet visant uniquement à promouvoir le changement, c´est également un projet radical.

Il est incontestable que nous aurons toujours le devoir moral de soulager la misère sur le terrain et en urgence. C´est une valeur incontournable, un acte élémentaire de solidarité humaine envers celui qui souffre. Mais là où le bât blesse, c´est lorsque la politique de l´urgence se substitue à l´aide au niveau des structures. Elle devient une fin en soi, se vidant parfois de son propre contenu, du moins à long terme. C´est pourquoi il est impératif de donner la priorité aux projets qui se constituent en dehors des structures existantes et qui s´attaquent aux causes même de la misère.

En Allemagne 90 % des dons et même plus passent par des campagnes de charité spectacle qui font pleurer dans les chaumières. Par contre, les projets qui luttent inlassablement pour transformer fondamentalement la société, afin de promouvoir la paix, la justice sociale, la protection de l´environnement et les droits de l´homme, doivent se contenter des miettes, alors que ce sont justement ces projets et ces initiatives qui ont le plus impérativement besoin d´argent. Car eux, à l´inverse des projets-charité, ne peuvent compter sur aucune aide que ce soit, ni de la part des états, ni de la part des institutions.

Un meilleur avenir, une vie dans la dignité passent par un soutien financier. Donner son temps, s´engager dans l´action ne suffit pas. C´est pourquoi les projets-changement ont si impérativement besoin de soutien financier.