Omaha (État Unis), le 7 mai 2017. «Savez-vous ce que fait Coca-Cola de notre planète bleue en Inde, au Mexique, au Salvador, et dans d’autres pays encore?» Voilà la question posée à Buffett par Sybille Arians. La militante était venue d’Allemagne avec deux autres membres de la fondation ethecon pour remettre au PDG son prix négatif. Celui-ci éluda ces critiques avec embarras. Parmi les actionnaires, certains témoignèrent du mécontentement, mais beaucoup applaudirent.

À l’automne dernier, les PDG de Coca-Cola, Muhtar Kent und James Quincey, de même que les grands actionnaires Herbert Allen et Warren Buffett, avaient eu le déshonneur de recevoir le Black Planet Award. Buffett est le premier actionnaire de la firme; il est donc coresponsable des nombreux crimes commis par Coca-Cola contre l’environnement et les droits humains.

«Nous avions encore beaucoup de questions» déclare Anabel Schnura, une autre militante d’ethecon. «Mais ils nous ont tout simplement coupé le micro. Notre prix et le certificat joint n’ont pas eu accès au podium.» Les membres de la fondation on déployé leur banderole, mais les vigiles de l’entreprise et la police les avaient déjà encerclées. Ils ont jeté les militantes dehors et leur ont interdit à vie l’accès à l’entreprise. La nouvelle circulait déjà sur Internet juste après la remise du prix.

La première étape de la tournée de remise du prix négatif était l’Assemblée générale de Coca-Cola le 26 avril à Atlanta, où les militantes ont été interceptées par la police et les vigiles dès l’espace public. Bien qu’elles aient été en possession d’actions de Coca-Cola, on leur a interdit l’accès à l’Assemblée sous peine de prison. Il ne leur a donc pas été possible de remettre personnellement le prix aux PDG. En conséquence, le Black Planet Award a été installé le lendemain devant le siège social de la firme.

Version imprimable      zurück nach oben
Facebook Twitter YouTube Flickr
Faire un don en ligne!